La créativité est selon le dictionnaire Larousse, la capacité à créer, inventer et à imaginer.

En démarrant le beatmaking, je me suis souvent demandé comment certains producteurs arrivaient à trouver l’inspiration pour sortir toutes ces mélodies. Autrement dit, comment arrivaient-ils à faire preuve d’autant de créativité pour créer tous ces morceaux qui nous font bouger la tête.

Pour ma part, il m’arrive parfois en me posant devant mon ordinateur de passer des heures pour finalement ne rien trouver.
C’est assez décourageant surtout quand on débute la MAO et la musique en général.

Cependant, il y a eu aussi ces moments où je me suis senti assez inspiré et j’ai pu créer des mélodies qui sont restées.
C’est en me penchant sur ce genre de moment « Eureka » que j’ai pu dénicher quelques astuces qui pourraient vous aider à booster votre créativité.

L’écoute active

L’une des sources les plus évidentes pour améliorer sa créativité reste la musique qu’on écoute. Quand j’écoute de la musique, il m’arrive qu’une mélodie, un instrument ou un rythme particulier attire mon attention.
Et comme on a ce fabuleux outil qu’est la MAO, on peut vite créer une musique s’inspirant de ça.

Comme j’en parlais déjà ici, écouter beaucoup de musique et surtout des genres différents (que ce soit du Heavy Metal au RnB des années 90) alimente notre culture musicale et in extenso notre inspiration.
Cependant, il s’agit là de faire ce qu’on appelle une écoute active. C’est simplement écouter de la musique sans rien faire d’autre…et oui absolument rien !

Pendant l’écoute, essayez d’analyser chaque parti de cette musique :
– La mélodie : l’instrument utilisé, son évolution tout au long de l’instrumental ?
– L’harmonie : les accords, sa progression dans le temps, les instruments
– Les effets et techniques de production utilisés (Reverb, Delay, etc.)
– Le rythme : la présence de tel ou tel percussions (hi hat, snare, kick) et à quelles fréquences arrivent-ils ? Y a-t-il un pattern précis qui se répète ou pas ?
– Quel est le BPM (battement par minute) de la musique ?

En gros, comment s’organise la structure globale de la chanson ?

S’inpirer des films

pellicule de film

Si vous avez le magnéto pour… 🙂

L’autre jour je regardais le film Hannibal Lecter (celui de 2007) et pendant une scène où le protagoniste évoluait dans un décor très sombre, une musique de fond a commencé à jouer.
C’était des instruments à cordes et un choeur principalement, qui appuyait le côté sombre et mystérieux de la scène et de ce qui se passait.

A partir de là, je me suis mis à me concentrer sur la musique tout en continuant de voir le film. Cette expérience a suscité certaines émotions en moi, que j’ai voulu retranscrire dans une composition.
La musique accompagnant la scène transmettait quelque chose d’assez sinistre, lugubre et dans une atmosphère inquiétante où l’on avait une sensation d’inattendu. En effet, on ne savait pas ce que le personnage allait faire mais, tout en essayant quand même d’imaginer…

Le fait de pouvoir mettre une image sur la musique qu’on écoute peut aussi beaucoup aidé à visualiser les émotions qu’on veuille transmettre dans nos productions.
La composition à l’image a pour but précis de composer une musique pour susciter tel émotion en fonction d’un cadre pré établi par l’œuvre cinématographique (par le réalisateur donc).
L’image peut donc être une formidable aide à la créativité.

Les sonorités étrangères

Pour s’inspirer, il est intéressant de voir ce qui se fait ailleurs en termes de sonorités.

Mais qu’est-ce que j’entends par sonorité ?
Cela peut être des sons venus d’autres continents, pays ou cultures comme L’Afrique ou L’Asie.
Ecouter de la musique orientale ou exotique peut apporter un vrai plus à sa culture musicale et donner pas mal d’inspiration.
On peut citer entre autres, la musique Raï originaire d’une partie de l’Algérie (Oran notamment) ou encore les musiques traditionnelles chinoises avec leurs instruments qui y sont vraiment spécifiques (parfois très aigus) et qui apportent un regard nouveau sur la musique.
L’une des musiques les plus influentes restent la musique africaine avec des genres qui se sont exportés comme le coupé décalé, l’afro beat ou encore l’afro house.
Mais il existe pleins d’autres genres très riches à découvrir pour nourrir sa créativité.

De plus, les gammes utilisées sont assez différentes de ce qu’on a l’habitude d’entendre en Occident.
Pour ceux qui se demanderaient, une gamme représente une suite de notes.
Par exemple, la gamme de DO majeur classique c’est : Do – Ré – Mi – Fa – Sol – La – Si.
Et voici un exemple de gamme chinoise : Do – Ré – Fa – Sol – La
Ou encore une gamme Japonaise : Do Do# Fa Sol Sol#

Capturer ses idées

Il arrive qu’on ait une mélodie qui nous vienne à un moment de la journée où il n’est pas possible de se mettre sur son ordinateur pour la composer.
Malheureusement, notre cerveau débordé a vite fait d’oublier cette idée qui, sur le coup nous paraissait géniale.
Qui sait, c’est peut-être cette idée que vous avez laissé filer qui aurait été votre futur hit. 😀

Pour pallier à ça, j’utilise à ce moment-là un enregistreur audio qu’on a tous sur nos téléphones pour capturer l’idée à l’instant T et ne pas l’oublier.
Plus tard, en arrivant je peux travailler à partir de cette idée et essayer d’en faire quelque chose.
Même si je ne suis pas spécialement chanteur, il me suffit juste de chantonner ce que j’ai exactement dans la tête avec les bonnes notes et le bon rythme.

Bien sûr, je ne dis pas que ça va forcément donner quelque chose mais, au moins vous aurez des idées dans la poche en cas de panne d’inspiration.
Cela peut aussi être utilisé comme échantillon ou sample pour compléter un autre morceau à qui il manquait ce petit truc pour être fini.
Les moments de grande créativité ne sont pas forcément ceux où l’on est en train de composer.

Travailler sa créativité

Composer pour améliorer sa créativité

Essayer et recommencer

Parfois, il suffit juste de ne pas se prendre la tête et juste improviser quelques notes sur son clavier.
On peut aussi, accélérer ou ralentir le rythme de la mélodie créée pour trouver une nuance qui nous plait plus.

En se mettant moins la pression, il est fort probable que l’inspiration vienne plus facilement.
En laissant parler ses émotions et son imagination au lieu de sa réflexion, on aboutit à un résultat parfois surprenant.
Mais pour arriver à cet état de pleine créativité (que certains appellent aussi le « flow »), il faut se mettre au travail et tester des choses, échouer et recommencer.
En produisant de la musique, on aura plus de chances de travailler sa créativité.

C’est sur ces mots que je conclus cet article sur ma réflexion concernant la créativité.
Finalement, je pense qu’il y a encore d’autres astuces ou idées qui pourraient être intéressant de voir mais c’est déjà un bon début.
Les points que j’ai abordés ici sont des choses que j’ai expérimentés (que j’expérimente toujours).
Et vous, dites-moi en commentaire quels astuces utilisez-vous pour vous inspirer et être plus créatif 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages
Catégories : Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :