Choisir son logiciel séquenceur (DAW en anglais) c’est un peu comme choisir sa future voiture.

Alors, on aimerait faire le bon choix et on regarde les différentes possibilités.

On hésite souvent car, on n’y connait pas grand chose mais en même temps, on veut faire le meilleur choix possible.
Si vous ne savez pas ce qu’est un séquenceur je vous renvoie ici.
Du coup, quand il faut se lancer on peut parfois être perdu parmi tous ces logiciels.
Mais tout comme on n’achète pas n’importe quelle voiture, on prend aussi le temps pour choisir son séquenceur car :

  1. C’est un investissement financier conséquent (pas toujours comme on le verra)
  2. Un investissement en temps d’apprentissage
  3. Notre productivité et nos affinités dépendront de ce logiciel (donc ce qu’on va produire)

En conséquence, on se met à tester tous les logiciels qui existent sur le marché pour espérer trouver le meilleur logiciel MAO.
En effet, puisque ça sera notre principal outil de création musicale on a peur de se tromper.
Et ça peut vite devenir embêtant lorsqu’on passe son temps à tester et changer de logiciel d’une semaine à l’autre.
Car, le temps qu’on aurait pu passer à créer de la musique est utilisé pour se “réhabituer” au logiciel.
Malheureusement, c’est un problème auquel beaucoup sont souvent confrontés.

Je vais vous montrer comment bien choisir son logiciel séquenceur en quelques étapes !
Je vais surtout parler des séquenceurs logiciels dans cet article même s’il existe aussi les alternatives matérielles.

Pré Sélection

L’interface

Avant de vouloir essayer tous les logiciels, jetez un oeil sur les interfaces de chacun.
L’interface est ce qui va représenter tout le visuel (le joli) et l’ergonomie (le fonctionnel) du logiciel.
En quelques secondes, vous pourrez trouver ça sur Google images. Faites attention à préciser dans votre recherche la dernière version majeure du logiciel.

Ils font parfois une mise à jour qui passe aussi par le côté graphique.
Et sinon vous pouvez attendre jusqu’à la seconde partie de cet article pour voir les principaux logiciels de MAO 😉
A la fin, vous aurez un bref aperçu du visuel des logiciels et vous pourrez vous faire une idée de ce que vous aimez ou pas. De là, je pense que vous en éliminerez certains.

séquenceur logic pro x

séquenceur logic pro 9

Interface Logic Pro 9 vs Logic Pro X

Note : Parfois, on n’aime pas trop l’interface mais on finit par s’y habituer car on arrive apprécier d’autres aspects du logiciel. Mais comme il faut faire un choix au début je mets volontairement ce critère.

Fonctionnalités du séquenceur

D’emblée, en fonction des fonctionnalités que vous cherchez en priorité chez un séquenceur vous devrez en éliminer. Car même si la plupart font aujourd’hui la même chose, certains le font mieux que d’autres voir pas du tout.
Pour certaines fonctions avancées, il est difficile de comparer quand on est débutant. Donc, ne vous prenez pas trop la tête avec ça.
Exemple : Pro Tools, à la réputation d’avoir une moins bonne gestion MIDI que les autres logiciels MAO.

Budget

On va maintenant parler argent. Selon le budget que vous serez prêt à mettre dans un séquenceur, vos choix seront très différents.
Cela fait donc du budget, un des critères de sélection les plus importants.
Soyons réaliste, les séquenceurs les plus fonctionnelles seront trèèès souvent à des prix conséquents.
Mais comme nous le verrons, à moins de vouloir en faire son métier, il y en a pour toutes les bourses.
De plus, chacun d’entre eux (ou presque) est disponible en 2 ou 3 éditions avec des prix différents.
Alors évaluez vos besoins par rapport à ce que vous allez réellement utiliser.
Notez que si vous achetez une version d’entrée de gamme, vous pourrez par la suite passer à la version au dessus à un tarif réduit.

Ressources en ligne

Lorsque vous bloquez et que vous vous sentez perdu sur votre logiciel, il est utile de chercher sur le net des articles ou vidéos pour vous aider.

Parfois, il y a même des tutoriels complets qui expliquent la prise en main d’un logiciel.
FL Studio par exemple, a une communauté assez active sur internet qui s’entraident.

Mais les autres logiciels ne sont pas en reste.

Tester et comparer

Après avoir pris connaissance de tout ce qui fait sur le marché et fait votre pré-sélection, vient l’étape tant attendue du test.

Comme je le disais en intro, l’erreur qu’on peut vite commettre c’est de passer trop de temps à tester les différents DAWs. En faisant cela, on ne prend pas assez de temps pour maitriser un logiciel.
C’est logique, plus on passe du temps à composer et produire sur un séquenceur plus on pourra le maitriser et aussi aller plus vite.
Je vous invite donc, à essayer pendant une durée limitée les séquenceurs que vous aurez sélectionnés.

Admettons qu’on en choisisse 3 ou 4 maximum qu’on teste pendant un mois. Cela fait 1 semaine par séquenceur par exemple.

S’observer

Pendant la phase de test, prenez le temps d’observer comment vous utilisez votre logiciel de MAO pour les tâches les plus courantes comme créer une piste et s’enregistrer.
Essayez d’éditer ensuite votre piste par exemple. Est-ce plutôt simple ou bien devez-vous faire des choses un peu superflues ?
C’est sûr que si vous débutez, ça sera surement plus difficile au début, à moins de regarder des tutoriels qui vous explique le fonctionnement du séquenceur. En fonction des DAW, il y aura parfois une façon différente de faire une même tâche.
N’hésitez pas non plus à fouiller et explorer de fond en comble votre logiciel.
Vous arriverez à voir à un moment, quelle est l’ergonomie avec lequel vous vous sentez le plus à l’aise.

Suivre son ressenti

Au final, le fait de choisir un séquenceur sera surtout déterminé par notre ressenti. C’est ce qui importe finalement, non ?
Les arguments objectifs ne seront jamais aussi décisifs que le feeling qu’on aura pour un logiciel.
Et ce ressenti a plus de chance de venir après avoir testé et comparé plusieurs séquenceurs. Parfois il suffira de voir sa station de travail ouverte pour le savoir. D’autres fois, il faudra bidouiller, l’utiliser en temps réel et se faire la main pour être convaincu.

Au pire du pire des cas, rien n’est figé à tout jamais 😉

Voilà, pour cette première partie dans laquelle nous avons abordé les étapes pour vous aider à bien choisir son séquenceur. Je vous prépare une seconde partie où nous parlerons… des principaux séquenceurs ! Vous en saurez plus sur chacun (avantages, inconvénients, etc.) pour vous aider à mieux décider.

Et sinon je suis curieux de savoir comment vous vous y êtes pris pour choisir votre séquenceur ? Dites-le moi en commentaire 🙂

PS : Et voici la deuxième partie de l’article ici

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 11
    Partages
Catégories : Blog

4 commentaires

Bruno L'Espérance · 16 février 2018 à 13 h 33 min

J’utilise Nuendo 7 depuis presque 3 ans déjà! Tu connais?

    Loic Billaud · 16 février 2018 à 15 h 35 min

    J’en ai entendu parlé brièvement, c’est assez orienté musique à l’image non ?
    Qu’est ce qui te plait avec ce séquenceur ?

      Bruno L'Espérance · 18 février 2018 à 22 h 57 min

      bien sûr! Il y a beaucoup de trucs poru le montage vidéo, mais je ne m’en sers pas vraiment. Pour les instruments et les fenêtres de mixage, il est top!

        Loic Billaud · 19 février 2018 à 11 h 51 min

        Il a l’air vraiment pas mal et il intègre HALion aussi, je le testerai un jour!
        Merci pour l’info!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :